AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kurzan Fenast

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurzan Fenast

avatar

Masculin Nombre de messages : 30
Age : 23
Date d'inscription : 23/11/2009

Caractéristiques
Race: Artiste
Niveau:
2/35  (2/35)
Expérience:
47/50  (47/50)

MessageSujet: Kurzan Fenast   Sam 12 Déc - 1:27

Nom : Fenast

Prénom : Kurzan

Surnom :Aucun

Race: Artiste
Cette race est très peu connue étant donné qu'elle est quasi-identique à la race humaine (très peu de gens ne la connaissent). Leur espérance de vie est la même. On peut juste les différencier par leurs yeux, toujours de deux couleurs différentes, et par leur vision du monde, totalement différentes de celle des humains. En plus de voir les personnes de leur forme physique, les artistes peuvent voit leur potentiel artistique, et dans quel art leur véritable talent se trouve. Bien sur, il ne faut pas limiter l'art à peinture, sculpture, poésie, musique..... En fait quasiment tout ce que l'on peut faire est un art. On peur avoir le talent de détruire, de prendre une cuite, de tuer, de faire souffrir, physiquement ou moralement. Des arts stupides, l'art d'être totalement hors sujet, de sortir la plus grosse idiotie possible quand cela n'est pas le moment....
Il serait difficile de tous les énumérer.
Enfin, un artiste a deux talents certains, que seul le hasard lui permet de découvrir...

Âge : 25 ans

Élément : Terre

Psychologie :Kurzan est d'un naturel assez jovial, il pense que la vie vaut la peine d'être vécue, ce qui est déjà une grande preuve de positivité.....
En tant qu'artiste, Kurzan s'intéresse beaucoup aux talents des gens et essaye parfois d'agir pour que ceux-ci se découvrent. Il sera triste de voir un grand écrivain mourir sans avoir eu le temps d'écrire la moindre nouvelle, le moindre conte ou le moindre roman. Il sera triste lorsqu'un grand danseur se cassera une jambe. Il sera triste s'il voit un incroyable chanteur muet, un musicien manchot. Il a donc assez souvent des déceptions, mais son sourire revient vite lorsqu'il voit l'absurdité de certains talents...
Kurzan est quelqu'un d'assez fêtard. Il peut souvent finir ses soirées saoul, mais heureusement, il a l'alcool gentil. L'après alcool l'est un peu moins....
Pas très courageux, il est surtout extrêmement claustrophobe. Il peut vraiment s'énerver s'il n'y a pas une fenêtre ouverte. Cela dit, il essaye de le cacher, ce qui est difficile pour lui....
Kurzan a refusé de prendre parti dans ce conflit entre ces rebelles et l'empire. Il se dit "pour l'empire" mais s'en moque totalement. Pourquoi s'intéresser à l'empereur alors que l'on peut être sur que ses seuls talents sont ceux de détruire, de tuer ou de faire souffrir. Gouverner n'est pas un talent selon Kurzan, tout le monde peut le faire, il suffit d'avoir une grosse armée. il prend d'ailleurs la guerre en horreur, un combat ne peut avoir d'utilité que s'il est beau à voir. Le talent de combattre existe....

Physique : Environ un mètre quatre-vingt, des muscles secs qui lui donnent une carrure assez maigre. Des cheveux roux assez longs. Son œil gauche est bleu, et son œil droit est marron. Il a un regard noir et assez prétentieux, qui bizarrement, ne représente pas sa personnalité. Il a une coiffure, qui pour la décrire, le mieux est de dire que ce n'est pas vraiment une coiffure. Des cheveux partent un peu dans tous les sens, qui lui donnent un petit air ténébreux.
Il se promène habillé avec des vêtements de ville, souvent de couleur assez clairs. Il porte une dague dans un joli fourreau en tissu, accroché à sa ceinture, et un sac en toile qui tient dans son dos et d'où dépasse une partie du manche d'un instrument à corde.
(Désolé si l'avatar n'a pas d'œil bleu, je suis plus paint que photoshop -_-)

Particularités: Pas vraiment de particularités, pour sa race.

Équipement:
Vêtments clairs
Dague
Instrument à corde auquel il n'a pas encore trouvé de nom....

Histoire : L'histoire de Kurzan commence pour lui vers ses 23 ans. Il s'était réveillé, dans un lit à l’intérieure dune maison qui devait être la sienne. Il avait mal au crâne et ne se souvenait plus de grand chose. Après avoir cherché dans sa mémoire, il ne se souvenait de rien du tout. Il savait juste son nom et sa race. C’était le matin, dans une ville assez grande, très habitée. Il tituba pour aller dehors, et fut choqué de ce qu’il voyait. Il ressentait, quelque chose, à l’intérieur de lui, qui lui donnaient un point de vue assez étonnant. Son sens de la vue était comblé par une sorte d’analyse, au premier regard d’une personne. La première personne qui passait devant lui, un enfant, serait…. Un incroyable commerçant. La deuxième, une femme qui semblait pauvre de ses habits, possédait l’imagination pour écrire une incroyable histoire de sorcellerie, avec laquelle elle ferait fortune. Les gens passaient ainsi, et Kurzan comprenait peu à peu pourquoi, dans sa mémoire il était gravé «Je ne suis pas un humain, Je suis un artiste… ». Oui, il comprenait, cela lui revenait à l’esprit. Il savait qui étaient les artistes. Une parcelle de sa mémoire s’était détachée. Une infime partie, mais qui était déjà assez utile…..
Il passa sa journée à déambuler dans les rues, puis le soir, se coucha. Dans cette journée, il s’était passé si peu de chose, pourtant Kurzan était épuisé. Il s’endormit en quelques secondes…..

***********
Kurzan se réveillait, dans un petit village, sur la place, une sorte d’arène. Il était dessus, en position de combat, tenant une épée en bois taillée grossièrement. Kurzan avait une impression de déjà vu. Il avait l’impression d’être dans le corps d’un gosse. Kurzan voyait tout, mais ne contrôlait pas ses yeux. Il entendait tout mais ne contrôlait pas ses paroles. Il sentait tout, mais ne contrôlait pas ses mouvements….
Il avait un homme, assez grand en face de lui, qui tenait un bâton massif, dans une position de combat. Le fait que Kurzan devait lever les yeux pour le regarder en face prouvait le fait qu’il était dans le corps d’un enfant. Celui-ci se tenait près, les jambes pliées, l’arme de fortune : prête a frapper. L’homme en face de lui lança l’assaut. Le gamin esquiva le coup, se recula pour en éviter un autre de justesse, puis sur un appui bien calculé, il se jeta sur son adversaire et abattit son arme avec un coup qui était censé décapiter : mais l’arme était en bois, et le coup était de toute façons paré .
Il y eu quelques secondes ou les deux adversaires restaient immobiles, leurs armes collées, lorsque l’homme en face poussa un grand coup sur les bras et envoya le gosse voler deux mètres plus loin…. Kurzan sentit qu’il s’était fait une légère égratignure au genou.
L’homme voulut « achever » l’enfant, mais celui-ci fit un roulé boulé pour éviter le coup, et se releva aussitôt. Le combat reprit de plus belle, l’homme avait beau avoir le dessus, il n’arrivait désespérément pas à vaincre son adversaire. Jusqu’au moment où, par une petite erreur du gamin, l’homme lui faucha violement les jambes. Kurzan sentit une terrible douleur aux mollets, puis aux côtes après la chute. Malgré cela, le gosse se releva, et en toussant, dit d’un ton faible

« Pffff, j’arriverais jamais a te battre….. »
L’homme parut sourire, et lui répondit d’un ton calme
« Bien sûr que si. N’oublies pas que tu es un….. »
***********
Kurzan se réveilla en sursaut. Qu’est ce que c’était que ça. Un rêve aussi….. Bizarre….
Le jeune Artiste y réfléchit tout la journée. Il se demandait si c’était son passé, ou un rêve comme tout le monde peut en faire, où il se passe des choses incompréhensibles et inexplicables. Kurzan avait peur de ne jamais le savoir. Dans la journée, il avait aussi remarqué quelques petites choses. Principalement, cet instrument à cordes, qui faisait un son assez aigu. Inconsciemment, Kurzan s’était rendu compte qu’il en jouait particulièrement bien. C’était mieux, car il commençait avoir faim, et cet instrument lui servirait de gagne-pain. Mais pour l’instant, il était assez tranquille, car il avait une petite bourses de pièces cachée sous son lit. Il put donc se payer un copieux repas à la taverne, avec une bonne bière brune, et se renseigner auprès de l’aubergiste de la situation, de la ville …
Le soir, il partit assez tôt se coucher. Il était impatient de savoir s’il rêverait cette fois –ci. Il eu a peine le temps de fermer les yeux.

***********
Quand il rouvrit les yeux, il était dans le corps d’un adolescent. Il tenait cette fois-ci une épée en fer. Un homme en face de lui, un vieil homme avec une longue barbe blanche, armé d’un simple poignard. Kurzan se demanda s’il ne verrait que des combats dans ses rêves…..
Ce combat dura bien moins longtemps. Kurzan n’eut besoin que d’attaquer qu’une seule fois. Une seule fois pour se faire totalement maitriser. Il n’eut pas le temps de comprendre grand-chose, il avait déjà un poignard sous la gorge. Le vieil homme resta quelques secondes sans bouger, puis retira son arme, en disant :

« Il te reste beaucoup à apprendre »
L’adolescent baissa les yeux, et répondit tout bas:
« Oui, maître…. »
***********
Le rêve se stoppa là. Le lendemain, Kurzan commença à travailler. Il se posait dans le rues, jouait quelques mélodies, des choses tristes mais belles, avec un succès assez minime, mais suffisant pour se nourrir une journée. Kurzan aimait la musique, mais n’espérait pas devoir vivre avec ses routines toute sa vie.
Le soir tomba……

***********
Kurzan se trouva dans la peau du même adolescent, un peu plus vieux, d’un ou deux ans peut-être. Il était déjà très musclé. Dans la main, la même épée, dans la même salle, en face de lui, le même vieillard. Mais cette fois-ci, à genoux devant l’adolescent. Le vieillard fit d’un ton fier :
« Ainsi, ton entrainement est terminé. A toi de déterminer, maintenant, si tu te serviras de ta lame pour le bien ou le mal….. »
Il eut droit exactement à la même réponse :
« Oui, maître…. »
L’adolescent leva sa lame, comme pour l’abattre sur son maitre. Kurzan eut un sentiment d’effroi, et…..
***********
Il se réveilla.
Sa journée fut une journée de « routine », car Kurzan avait des idées bien différentes en têtes. Dès qu’il le put, il s’endormit.
***********
Il était adulte. Taillé comme une armoire d’énormes muscles, dans une armure de plaques luisantes. Il semblait n’avoir qu’environ vingt ans, pourtant. Il était un genou à terre, regardant un sol aux motifs divers. La salle semblait grande. Kurzan aurait tant aimé que l’homme ne regarde autour de lui…..
Alors l’homme se mit à parler :

« Je jure devant la Déesse de prêter ma lame à l’empereur, sans trahisons ni désertions jusqu'à ma mort, et même après… »
Il commença à lever les yeux….
***********
Toutes les idées de Kurzan s’embrouillaient. Que signifiait tout cela ? Impossible à dire. Cela dit, Kalem voulait connaitre la fin. Il prit l’argent qui lui restait en réserve, et partit à la taverne.
En une heure, il était rentré chez lui, complètement saoul. Il s’aplatit sur son lit, et ferma les yeux en ronflant bruyamment.

***********
Une grande plaine. Un grand silence, perturbé seulement par un vent très fort….
Kurzan était dans la peau du même homme, toujours aussi musclé, dans la même armure….
Il serrait fort une gigantesque épée qui devait peser au moins soixante-dix kilos et la tenait comme si elle en pesait cinq.
Il semblait tendu, attentif au moindre signe de vie, l’épée droite et dressée devant lui. En face, une silhouette se dessinait. Un homme caché par un grand manteau qui s’agitait sous le vent.
Le chevalier dans la peau duquel était Kurzan s’exprima d’une voix forte, sous un ton autoritaire.

« Je sais très bien que tu es un rebelle. Au nom de l’empereur, j’ai ordre de t’exécuter . »
Il y quelques secondes de silence. Puis l’homme en face rétorqua :
« Bien. Soit. Mais je serais le pire adversaire que tu n’ais jamais eu à combattre. »
« Je l’espère bien….. »
L’homme en face retira son manteau pour laisser apparaitre une silhouette fine et bien sculptée, dans une armure en cuir. Il tenait dans ses mains deux dagues.
Le chevalier chargea :

« Pour L’empereur !!!!! »
Un combat acharné débuta. Les deux adversaires se battaient rageusement. L’un esquivait, et l’autre ne se laissait pas approcher.
Le chevalier réussit à placer un puissant coup de pied à son adversaire, qui l’envoya rouler au loin. Celui-ci se releva difficilement. Sans un mot, quelque chose d’aqueux commença à sortir de sa personne. Puis un deuxième adversaire lui apparut.
Le chevalier semblait savoir comment s’y prendre. Il fixait son adversaire, et ne prêtait même pas attention à son double.
Le combat reprit. Après une demi-heure, le chevalier fit une grossière erreur. Il perdit son adversaire et son double, et ne savait plus qui était qui, ce qui lui valut un puissant coup de dague au niveau d’une faille de l’armure derrière l’épaule.
Le double de l’adversaire du chevalier disparut. Il ricanât, et dit d’un ton fier

« Le poison sur mes dagues est mortel et rapide. Adieu, mon ami…. »
Le chevalier ne semblait pas réagir. Kurzan, quand à lui, avait affreusement mal à l’épaule, et un liquide semblait se répandre dans son corps.
Le chevalier frappa un grand coup son adversaire qui n’eut le temps que de parer de peu. Kurzan sentit une sorte de fluide venir dans sa jambe, et le chevalier frappa avec son pied au sol, ce qui déclencha un puissant tremblement de terre sur une petite surface. Son adversaire fut déséquilibré, et tomba à la renverse sur le dos.
Le chevalier le lui laissa le temps de rien, et levant son épée pommeau vers le ciel, la planta dans le ventre de l’impétueux rebelle, qui après quelques crachats de sangs, mourut.
Le chevalier se retourna. Kurzan sentit une grande fatigue. Puis il tomba à genou, et s’étala par terre. Il voulut se relever, mais son armure était si lourde, d’un seul coup…
Il ferma les yeux.

***********
Kurzan se releva en sueur.
Ce fut le dernier rêve qu’il fit. Représentaient-ils son passé ? Sans doute. Car quand Kurzan tenta de frapper au sol avec son pied, il déclencha aussi une onde de choc, mais bien moins puissante, bien entendu…
Mais dans ce cas, comment aurait-il survécu au poison ?
Tant de questions sans réponses lui hanteront les pensées toute sa vie…..

Animal : Chien ressemblant plutôt à un Husky, les poils totalement noirs. Ce chien à particulièrement le sens du rythme….

Pouvoir : Séisme. Deuxième pouvoir encore non découvert……

Règlement lu et approuvé
Revenir en haut Aller en bas
Conteur
Maître Du Jeu
avatar

Masculin Nombre de messages : 306
Localisation : Derrière mon livre, ton histoire.
Date d'inscription : 13/02/2009

Caractéristiques
Race: Conteur (Meujeu)
Niveau:
1000/1000  (1000/1000)
Expérience:
50/50  (50/50)
MessageSujet: Re: Kurzan Fenast   Mer 16 Déc - 0:30

Waouw, Joli Histoire.

Validé sans hésitation, bienvenue dans notre monde.

Quand ton personnage aura trouvé sont second pouvoir envois-moi un mp Wink

_________________



Dernière édition par Conteur le Mer 16 Déc - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Conteur
Maître Du Jeu
avatar

Masculin Nombre de messages : 306
Localisation : Derrière mon livre, ton histoire.
Date d'inscription : 13/02/2009

Caractéristiques
Race: Conteur (Meujeu)
Niveau:
1000/1000  (1000/1000)
Expérience:
50/50  (50/50)
MessageSujet: Re: Kurzan Fenast   Mer 16 Déc - 1:06

    Il tourne les pages, l’air ailleurs, mélancolique. Depuis combien de temps es-t-il là ? Depuis combien de temps tourne-t-il les pages ? Il ne sait pas. Il ne sait plus. Il ne veut pas le savoir. Il est là. Assis. Sur son bureau. Il tourne les pages.

    Il est le Conteur.

    Un léger soupir s’échappe de ses lèvres. Les mots défilent sous ses yeux, ses mains tachées d’encre survolent le papier. Une histoire de Seigneur. Une histoire d’Empereur. Une histoire de rebelle. Une Histoire. C’est un beau début. L’idée est bonne. Dû moins l’espère-t-il. Bah de toute façon personne ne lira ce livre à part lui. Il est le gardien. Combien de pages a-t-il déjà écrit ? Il ne sait pas. Il ne sait plus.

    Histoire d’un jour. Histoire d’amour. Histoire d’aventure. Histoire d'un artiste. Oui, pourquoi pas. Un artiste aux yeux verrons. D’un geste absent, les yeux plongés dans son grimoire, il saisit sa plume. Des doigts légers et gracieux la plongent dans un petit encrier bleu. Tâche d’encre. Saleté. Obscure. Art. Imagination. Et maintenant ? Quelle suite pour ce jeune homme ? Il Réfléchit. Sa plume est suspendue dans les aires. Il va écrire l’Histoire. Il attend.

    Papier velours. Papier crépi. Papier chiffon. Papier d’argent. Papier. Source d’imagination. Source de vide. Source de liberté. Source de blanc. Il inspire, profondément. Laisser venir l’idée. Laisser venir l’art. Par quel acte commencer ? Par quelle phrase entamer ? Par quel mot débuter ? Son regard s’anime. Ses lèvres s’étirent. Réflexion. Pensée. Silence. Artiste.

    Ce n’est pas à lui à choisir. Il est le conteur. Il n’est pas le personnage. Tout Conteur le sait. C’est le personnage qui guide l’auteur. C’est le personnage qui emprunte sa propre voit. Alors montre-la moi jeune homme, montre-moi ton chemin. Guide-moi et j’écrirais ton histoire dans le grimoire de la vie. Ma plume est prête, mes doigts glissent, la feuille est vierge. Je t’attends.

    Il sourit. Le sablier vient d’être retourné. Le temps est compté. Enfin.

    Il est le Conteur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kurzan Fenast   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kurzan Fenast
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sytrys :: Administration :: Le Sanctuaire des héros :: Fiches validées-
Sauter vers: